Covid-19 et jeunesse

Les organisations de jeunesse demandent plus de marge de manœuvre pour les activités extra-scolaires

Le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse (CSAJ) et l’Association faitière des activités de jeunesse en milieu ouvert (AFAJ), ont envoyé le 5 février un courrier à l’OFSP pour demander plus de liberté et de possibilités pour les jeunes en dehors de la famille et de l’école. Pour y parvenir, il doit y avoir davantage de possibilités d’activités extrascolaires pour les enfants et les jeunes. De plus, le statut spécial pour les enfants et les jeunes de moins de 16 ans devrait être étendu à 25 ans.

La situation des jeunes est source d’inquiétudes pour de nombreux/ses acteurs/trices du travail avec la jeunesse. En effet, de nombreuses études montrent que la pandémie touche fortement la santé psychique des jeunes : l’augmentation forte des dépressions, des admissions en psychiatrie juvénile et des tentatives de suicides chez les jeunes sont très alarmantes.

La période de l’enfance et de la jeunesse est une phase exigeante de la vie, avec des besoins spécifiques, qui n’ont jusque là pas été pris en compte lors de la gestion de la pandémie liée au Covid-19. Les échanges avec les pairs et pouvoir vivre des expériences variées sont des éléments fondamentaux pour le développement sain des enfants et des jeunes et de leur croissance.

Découvrez les propositions concrètes des organisations faitières après consultation de leurs membres dont le GLAJ-GE Lire la suite.

Commentaires

Laisser un commentaire